Pour la plupart des pays, il faut être en possession d’un passeport dont la validité est de plus de 6 mois après la date de sortie. En cas de non respect de cette condition, on risque de se voir refuser l’entrée dans le pays. 

Canada

Depuis le 15 mars 2016, les voyageurs étrangers dispensés de visa qui prennent un vol à destination du Canada ou qui transitent par ce pays vers leur destination finale doivent obtenir une autorisation de voyage électronique (AVE).

La demande d’AVE semble facile et s’effectue en ligne en quelques minutes. On doit détenir un passeport valide, une carte de crédit et une adresse de courriel. En principe, l'AVE est délivrée en quelques minutes (5 €).

Usa

Les Français bénéficient d'une exemption de visa pour les USA. Il est inutile de faire une demande de visa touristique si le voyage ne dure pas plus de 90 jours. Il faut toutefois faire une demande d'autorisation de demande ESTA qui se fait directement sur internet. C'est ce document que nous avions demandé en 2014 et que nous avions obtenu sans problème après quelques minutes d'attente.

Notre séjour sur le sol « américain » devant durer plus de 3 mois, il nous faut un visa B2 (150 €/personne).

Ce visa est valable 10 ans et permet de se rendre aux États-Unis pour faire du tourisme pour une durée maximale de 6 mois.

C'est un vrai parcours du combattant et nous avons mis 3 bonnes soirées à remplir les dizaines de pages du formulaire DS-160 sur internet. Il faut répondre à toutes les questions posées, en anglais s'il vous plaît...

Les questionnaires se terminent par des questions assez « bizarres » du genre : appartenez-vous à des organisations terroristes ? Avez-vous commis ou participé à des génocides...?

Après avoir rempli chacun notre formulaire DS-160, avec nos photos d'identité que nous avons du faire faire par un photographe, celles du photomaton n'étant pas valables, on arrive à prendre un rendez-vous à l'ambassade des Etats-Unis à Paris (5 avenue Gabriel, près de la concorde et des Champs Élysées)...

 

Ce sera le 9 janvier 2017 à 10H00

On constitue un dossier assez complet pour prouver au fonctionnaire de l'ambassade que nous n'avons pas l'intention de rester aux Etats-Unis plus longtemps qu'autorisé.

On va lui présenter :

1 - Nos relevés de compte qui prouvent que l'on possède des moyens financiers suffisants pour vivre aux États-Unis pendant la durée de notre séjour et que nous n'avons pas l'intention d'y travailler.

2 - Nos bulletins de salaire ou retraite des 3 derniers mois.

3 - L'attestation qui prouve que l'on possède un appartement en France.

4 - Les cartes de notre itinéraire sur la durée du séjour.

Maintenant on croise les doigts jusqu'à la « date fatidique ». 

 

Le jour J, les valises, ordinateurs, bouteilles d'eau, aliments n'étant pas autorisés dans l'ambassade, on laisse notre sac dans un hôtel qui accepte de le garder en consigne.

On nous laisse rentrer dans l'ambassade après une fouille sommaire par des « agents en tenue ». Premier « sas » : on « tombe » les vestes, les ceintures (comme dans un aéroport). On dépose nos téléphones à la consigne.

On rentre dans une grande salle avec des guichets tout autour. Une bonne trentaine de personnes comme nous, du moins on le suppose, va tenter de décrocher le fameux sésame.

On est dirigé vers un premier guichet.

Ça y est, c'est à notre tour... Une dame très gentille vérifie notre dossier... On pense que c'est elle qui va nous dire YES. Hé non ! Elle nous dirige vers un second guichet. On aurait pu penser qu'on allait se trouver en tête à tête avec un personnel de l'ambassade dans une salle... mais on se retrouve à nouveau derrière une vitre. C'est maintenant que tout se joue..

Notre interlocuteur va t-il nous parler en anglais, auquel cas, ça risque d'être compliqué !

Avec un accent américain, il nous pose simplement la question : « Pourquoi voulez-vous aller aux USA » ?

Pour le moment, on sait faire... On lui explique en détail, en français et notre dossier bien en vu sur la banque quelles sont nos motivations et notre itinéraire. Avec un grand sourire il nous dit qu'on a beaucoup de chance et qu'il ne comprend pas comment on peut être retraités à nos âges ! Ouf, plus que quelques minutes et il nous dit : « It's OK for your visa ». Soulagement...

Finalement c'était fastoche !

Mexique

Nous n'avons pas besoin de visa pour nous rendre au Mexique (en visite touristique).

Un formulaire migratoire multiple (FMM) qui permet de séjourner au Mexique jusqu’à 180 jours (bien préciser la durée lors de l'entrée dans le pays) est disponible aux bureaux de Migration situés aux portes d’entrée du territoire mexicain.

Ce document doit être tamponné par les services de l'immigration aux postes frontières et doit être conservé jusqu'au départ. Ne pas oublier de le demander en entrant.

Guatemala - Salvador - Honduras - Nicaragua

Aucun visa d’entrée n’est requis pour un séjour inférieur à 3 mois.

Attention : la période de 3 mois s'appliquant aux 4 pays du C4 (espace commun comprenant le Guatemala, Salvador, Honduras et Nicaragua), la durée totale d'un séjour continu dans les 4 pays ne peut excéder 90 jours. Au delà, demande à faire (25$).

Costa Rica

Le visa n'est pas nécessaire pour un séjour inférieur à 90 jour. Le passeport en bon état doit avoir une validité minimale d’un jour au-delà de la date prévue de sortie du Costa Rica.

Un dossier d’immigration doit être constitué auprès de l’ambassade du Costa Rica à Paris ou auprès des autorités de l’immigration au Costa Rica pour les séjours de plus de 90 jours.

Panama

Le passeport doit être valable au moins 6 mois après la date de fin de séjour prévue. Les ressortissants français sont dispensés de visa pour les séjours inférieurs à 90 jours mais doivent pouvoir présenter, à l’entrée sur le territoire panaméen, un billet d’avion retour dans leur pays d’origine.

Au-delà de 90 jours, une extension d’autorisation de séjour peut être demandée, pour des motifs sérieux (perte de documents de voyage, problèmes de santé, etc.) et sur justificatif. Le recours à un avocat est obligatoire pour toutes les démarches relatives à la demande de visa de long séjour.

Colombie

Un visa de 90 jours peut être obtenu à l’arrivée dans le pays. Ce visa peut éventuellement, après paiement d’une taxe, être renouvelé auprès de la Direction des Étrangers (Direccion de Extranjeria).

Equateur

Le voyageur doit être en possession d’un passeport dont la validité est de plus de 6 mois après la date de sortie. Le visa n’est pas nécessaire pour un séjour touristique d’une durée égale ou inférieure à 90 jours.

Pérou

Le visa n'est pas nécessaire pour un séjour touristique court. Le passeport doit avoir une validité d’au moins 6 mois à compter de l’arrivée sur le territoire péruvien. A la frontière, un cachet est apposé sur le passeport, indiquant le nombre de jours autorisés (de 1 à 183 jours maximum sur une période de 365 jours).

Bolivie

Le visa n’est pas exigé pour les Français ne séjournant pas plus de 90 jours en Bolivie (par période de 12 mois calendaires), pour raison touristique ou en visite en famille. Le passeport doit être encore valable 6 mois à compter de la date de l’entrée sur le territoire bolivien. Un cachet d’entrée valant autorisation de séjour de 30 jours est apposé sur le passeport à l’arrivée dans le pays. Cette autorisation peut être prolongée gratuitement par tranche de 30 jours, jusqu’à 90 jours maximum de séjour par année calendaire, par les services de l’immigration. Il faut exiger l’apposition de ce cachet dès leur entrée sur le territoire bolivien, même par voie terrestre. Dans le cas contraire, il ne serait plus possible de quitter le pays sans avoir fait régulariser la situation et s’être acquitté d’une amende avoisinant les 20 bolivianos par jour de dépassement.

Chili

Le visa n’est pas exigé pour un séjour inférieur à trois mois. Seule la présentation d’un passeport dont la période de validité s’étend à au moins six mois après la date prévue d’entrée au Chili est demandée.

Veiller à bien passer par un poste frontalier où les autorités locales apposeront un tampon d’entrée sur le passeport et (PDI) remettrons une « Tarjeta Unica Migratoria ». La conserver pendant tout le séjour car elle sera exigée à la sortie du pays.

Sans ces formalités, on est en situation illégale et contraint de rester plusieurs mois sur le territoire, en attente de régularisation, et on risque une amende ou une expulsion.

Argentine

Pour tout séjour de moins de trois mois, les voyageurs de nationalité française sont dispensés de visa. Ils doivent cependant présenter un passeport valable au moins 6 mois à compter de la date d’entrée en Argentine.

Uruguay

Un visa n’est pas exigé pour un séjour inférieur ou égal à trois mois. La simple présentation d’un passeport en cours de validité suffit pour entrer sur le territoire.

Les détenteurs d’un passeport français souhaitant rester plus de trois mois en Uruguay doivent effectuer une démarche sur place, directement auprès de la Dirección Nacional de Migraciones (direction nationale des migrations), qui pourra renouveler le droit au séjour de 3 mois sans visa ou bien délivrer une carte de résident « en tramite ».

Brésil

Les Français sont dispensés de visa pour tout séjour inférieur à 90 jours. Le passeport doit avoir une validité de six mois au minimum. Tout voyageur doit être muni d’un billet de retour ou de sortie du territoire brésilien.