Le temps passe, les voyages avec nos sac à dos s’enchaînent... D'abord en Amérique du Sud, du Nord, en Afrique du Sud, puis en Asie, puis, puis… Destinations toujours plus lointaines, plus dépaysantes et extraordinaires. Emotions intenses qui font que les larmes coulent et les poils se hérissent. Rencontres inoubliables bien qu’éphémères. Mais aussi frustrations de ne pas pouvoir rester plus longtemps sur place (un mois c'est déjà bien penseront certains), d’être tributaires des moyens de locomotion locaux et de ne pouvoir accéder à certains lieux.

 

On y reviendra c'est juré !

 

Jusqu'à maintenant, un sac à dos, une bonne paire de pompes, quelques mots d'anglais et d'espagnol et une dose de débrouillardise et le tour était joué. Pas de problème de carburant, de révision, de changement de pièces mécaniques, de contrôle de police, d'assurance, de cargo… Quand on voyage à pied, tout semble facile. La seule difficulté est de trouver un vol pas trop cher pour n'importe où ! Les seules contraintes de la journée sont de trouver une piaule pour dormir et une gargote pour avaler une morceau avant de prendre le énième bus qui va nous transporter à 100 km de là en… 5 heures ! Il est vrai que sortir des sentiers battus est relatif puisque, quoi qu'il en soit, on ne dispose pas de notre propre moyen de locomotion. Les locations ponctuelles de scoot nous ont tout de même permis de vivre des "aventures" extraordinaires notamment en Asie du Sud Est.      

 

La décision de voyager avec Chouchou ne sera pas sans difficulté… dans la préparation mais également "sur place".

Notre grand garçon est autonome, les "mamies" se portent bien et nous voila presque libérés de nos obligations professionnelles. C'est maintenant où jamais !

 

Le départ est programmé courant mai 2017.

 

Maintenant, il va falloir informer nos familles respectives de notre projet.

J'imagine les réflexions : "Mais vous êtes fous, pourquoi partir, la France est un si beau pays", "C'est dangereux où vous allez", "Et si vous avez un accident, et si vous vous faites agresser, et si y a un tremblement de terre et un tsunami et et et…".

Au final, malgré nos réticences et nos appréhensions, les réactions de nos familles respectives sont plutôt positives :

"Super génial votre projet, vous partez quand ?", "Vous avez raison, profitez en un maximum, vivez vos rêves".

Ouf ! C'est tellement rassurant d'avoir l'approbation des personnes que l'on aime ! Car malgré tout, même si cela fait 20 ans que l'on a ce projet, même si cela fait 2 ans qu'on le prépare, au plus l'échéance s'approche, au plus c'est difficile et anxiogène (enfin pour moi Mu).

 

D'autant que certains propos sèment le doute dans nos esprits alors que nous aurions plutôt besoin de soutien dans l'organisation du projet. De toute façon, je m'ennuie grave dans mon quotidien et il faut trouver une "soluce". Métro, boulot, dodo ou presque… Ca ne peut plus durer ! Il est vrai que toutes les raisons seraient bonnes pour ne pas partir mais…

 

"One life... Live it"